Accueil » Extermination » L’AEP en gestion parasitaire au Québec ouvre en 2018

L’AEP en gestion parasitaire au Québec ouvre en 2018

Le comité organisateur  de l’AQGP 2018  présente cette année des conférences dont les buts sont le renforcement de vos connaissances et leurs mises à jour.

Trois mots forts

  •  innovation
  • développement durable,
  • professionnalisme ,

Pour un meilleur impact dans vos entreprises et une gain d’image de marque de la profession.

Dans cette perspective nous avons travaillé depuis l’an dernier à la mise en place de l’AEP qui sera la cursus québécois donnant accès à la profession.

 Le programme d’attestation d’études professionnelles (AEP) gestion parasitaire.

LOUIS ISABEL, directeur adjoint du Centre de formation professionnelle Samuel-De Champlain.

Nous en avions parlé l’année dernière, le programme d’attestation d’études professionnelles en gestion parasitaire verra le jour en 2018.

Son contenu et les critères d’admissibilité sont présentés lors du congrès des exterminateurs 2017 et relatés ici.

Après avoir présenté l’équipe qui a travaillé sur cette formation,

  • Patricia Bedard, rédactrice du programme de formation
  • Ginette Fontaine, conseillère pédagogique
  • Daniel Gingras, spécialiste du contenu.

Où en est le programme de formation des futurs exterminateurs québécois ?

logo AQGP

au 15 novembre 2017, le programme d’étude est terminé, il est en relecture par la commission scolaire du Lac St Jean. L’AQGP voulait l’avis des régions et cette commission scolaire avait montré un fort intérêt pour ce cursus.

Les coûts de mise en place du programme à travers le Québec.

Il faudra faire approuver le programme par le ministère de l’Éducation.

Il sera ensuite planifié une rencontre avec les commissions scolaires qui voudraient proposer cette formation dans leurs établissements.

Présentation du contenu par l’AQGP et durant cet hiver 2017/18, l’AQGP commencera à rechercher des candidats pour lancer une première cohorte de 12 à 15 étudiants, en février 2018.

Le matériel d’apprentissage

Un cursus scolaire, une formation professionnelle impose de disposer d’une documentation et d’un important matériel d’apprentissage.

Le programme en 14 compétences

Il existe actuellement des documents

  • Les manuels de la SOFAD
  • Le feuille sur les punaises de lits
  • L’information sur Internet
  • Des privés pourraient publier du matériel pédagogique.

Nous recherchons la meilleure qualité de formation et une uniformisation des apprentissages afin de garantir la continuité de cette formation, quel que soit l’établissement qui la prodigue à travers la province. Il faut donc piloter le projet d’évaluation.

Quels enseignants ?

Il semble évident que de nombreux membres de l’AQGP sont en mesure d’assurer l’enseignement de ce cursus, l’AQGP sera donc le creuset prioritaire de recrutement des instructeurs.

Enseigner dans notre domaine ne demandera pas de posséder une licence de professeur, à partir du moment où vous cumulez plusieurs années d’expérience reconnue, vous pourriez être sollicité ou demander à prendre part à ce collège.

Il faudra quand même démontrer un niveau de culture générale de secondaire 5.

Les commissions scolaires seront en charge du recrutement suite à des entrevues de sélection. C’est l’usage dans les DEP en général.

Si vous désirez être candidat, faites-vous connaitre, envoyez votre CV auprès de Mr Louis Isabel ou via le site https://www.cfpsc.qc.ca/

Ginette Fontaine explique le contenu du programme

Le programme est conçu pour affirmer son professionnalisme et être une référence reconnue

Certains aimeraient voir changer le vocable « extermination » par « intervention en gestion parasitaire ». Cela pour une meilleure reconnaissance de la part du public et une éthique commune.

Les 14 compétences en 615 heures pour atteindre le seuil d’entrée dans la profession

8 compétences générales

Programme de contenu obligatoire, standardisé à tout le CSDM

Ce sont les connaissances de base nécessaires et incontournables qui outillent les employés à l’exercice de votre métier.
La maitrise des tâches du métier, c’est-à-dire les connaissances et techniques, habileté, évaluée dans un vrai milieu de travail.

Globalement l’ensemble développe le « savoir-être » et le « savoir-faire »

Les compétences se suivent s’enchainent de façon logique, elles doivent être abordées dans l’ordre.

  1. L’exploration du métier, pour savoir de quoi il s’agit précisément ;
  2. Comportement professionnel conforme aux aspects légaux qui régissent la profession : la conscience étique ;
  3. Intervenir de façon sécuritaire : la sécurité ;
  4. Prévention des infections, contaminations, intoxications ;
  5. Interagir en milieu de travail, communiquer et informer avec le client ;
  6. Identifier les nuisibles, insectes, rongeurs, animaux sauvages ;
  7. Reconnaître les lieux d’intervention du milieu du travail ;
  8. Déterminer la nature et les causes d’infestation ;

6 Compétences spécifiques

Spécifique au métier d’exterminateur.

  1. Proposer des solutions de gestion parasitaires, la lutte intégrée ;
  2. Suivi et rétroaction des gestes osés chez le client ;
  3. Appliqué des pesticides ;
  4. Entretien des équipements, techniques et registres ;
  5. Dispenser les premiers secours
  6. Le stage pratique en entreprise : démontrer sur le terrain, les compétences acquises.

Vois êtes jeune , cette carrière vous tente ?

Il ne reste qu’à vous inscrire!

Sed facilisis commodo mattis odio Nullam tempus at eget suscipit ultricies nec